Le blog du PS de Saint-Mandé

9 juillet 2009

La région présente son plan de mobilisation sur les transports

Filed under: Logement - Ville,Régionales 2010,Services publics,Val-de-Marne — PS-Saint-mande @ 21:33

Voté le 19 juin par 178 conseillers régionaux sur 209 élus composant l’assemblée, le plan de mobilisation sur les transports concrétise le travail mené avec la ville de Paris, les départements d’Ile de France, le STIF et l’Etat. Ce plan, le plus ambitieux depuis la création du RER dans les années 1970, s’attaque à des projets à la fois à court et à moyen terme. Il fait aussi émerger la nécessité d’investir dans deux grands projets structurants.

La mise en oeuvre du plan va permettre :

-de répondre aux principales urgences qui concernent le réseau de transport francilien : modernisation des RER C et D, renouvellement du matériel roulant du RER A, désaturation de la ligne 13, large accessibilité du réseau pour les personnes à mobilité réduite.

-d’accélérer les projets en cours de façon à ce que l’ensemble des opérations puissent être engagées rapidement. Le tram-train Massy-Evry, le prolongement du tramway T1 à Val-de-Fontenay, la seconde phase de réalisation de la tangentielle nord sont quelques-uns des projets, inscrits au contrat de projets Etat-région 2007-2013, actuellement en phase d’étude. Le plan de mobilisation proposé par la région prévoit de mettre en oeuvre tous les projets prévus au contrat de projets 2007-2013 afin de permettre leur mise en service avant 2020.

-d’engager la réalisation de deux grands projets : le prolongement du RER E Eole à l’ouest et la rocade en métro automatique Arc Express. Pour réaliser ce métro qui permettrait de se déplacer de banlieue à banlieue sans passer par Paris, 6 milliards d’euros seront nécessaires.

Les besoins de financement sont estimés à 18,95 milliards d’euros selon les conditions économiques de 2008, dont :

– 3,3 milliards au titre du matériel roulant

– 2 milliards au titre de l’accessibilité des réseaux pour les personnes à mobilité réduite

– 2 milliards pour la modernisation des RER C et D et la désaturation de la ligne 13

– 6,4 milliards pour l’accélération des projets

– 5,250 milliards pour l’engagement d’Eole à l’Ouest et d’Arc Express

La région, les départements et le Stif sont prêts à financer 67 % des investissements, soit 12 milliards d’euros. Des ressources nouvelles (augmentation du versement de transport, redevance pour création de bureaux…) seront néanmoins nécessaires pour réunir 4,5 milliards d’euros. Le plan prévoit une participation de l’Etat à hauteur de 5,8 milliards. Ce plan a été présenté, à l’issue du vote, à ses partenaires, les cinq présidents de conseil général d’Ile-de-France, le maire de Paris, les représentants du Stif ainsi que les dirigeants de la SNCF, de la RATP, de RFF et des réseaux de bus Optile.

3 juillet 2009

Pour une adhésion de Saint-Mandé à Paris Métropole

Filed under: Logement - Ville,Régionales 2010,Saint-Mandé,Val-de-Marne — PS-Saint-mande @ 12:51

Notre commune n’a pas souhaité faire partie des membres fondateurs du syndicat Paris Métropole, parmi lesquels on retrouve pourtant des collectivités de toutes tailles et de tous bords politiques: région Ile-de-France, département du Val-de-Marne, villes de Paris, Montreuil-sous-Bois, Fontenay-sous-Bois, mais aussi Vincennes, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont, Neuilly-sur-Seine, etc. Saint-Mandé se doit de prendre toute sa place dans ce nouveau syndicat, qui a vocation à devenir un lieu de concertation, d’échange et de réflexion non partisan sur toutes les questions en rapport avec l’aménagement de l’agglomération parisienne, comme en témoigne le communiqué ci-dessous:

Paris Métropole : imaginer ensemble la ville du XXIème siècle
Ces derniers mois, des centaines d’élus franciliens, de droite comme de gauche, ont voté leur adhésion au syndicat Paris Métropole et le 10 juin 2009, 93 collectivités d’Ile de France ont installé ce syndicat.
En nous regroupant ainsi, nous avons confirmé, par cette nouvelle étape, notre volonté de travailler ensemble et d’agir pour l’avenir de la métropole parisienne. En effet, dès 2006 au sein de la conférence métropolitaine, les élus ont acquis la conviction que le devenir et l’organisation, les enjeux et les défis de ce territoire, ne pouvaient aboutir qu’avec la participation loyale, compétente et responsable de toutes les collectivités et de tous les élus.
Les habitants expriment des attentes concrètes et urgentes en matière de transport, de logement ou de développement économique durable. Beaucoup ont conscience du risque majeur de déstructuration du corps social, sous l’effet conjugué des ségrégations urbaines et de l’accroissement d’inégalités territoriales et sociales lourdes qui ne peuvent plus être tolérées.
Devenir une métropole de l’après Kyoto, comme nous y invitent les dix équipes de la consultation internationale sur le « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne », implique de conjuguer une double ambition : assurer la croissance économique et écologique, le rayonnement international et aussi améliorer, dans tous leurs aspects, les conditions de vie des habitants dans une métropole dense et durable. La compétitivité économique et la cohésion sociale et territoriale sont liées, les enjeux d’équité, de solidarité et de répartition des richesses côtoient ceux du développement durable et de protection de l’environnement qui doivent servir une urbanisation apaisée et harmonieuse.
La communauté de destin de nos collectivités dépasse aussi bien les frontières administratives que les limites historiques. Les atouts de notre territoire sont remarquables pour peu qu’ils soient développés sur l’ensemble du territoire métropolitain dans une stratégie d’innovation. Et c’est pour cela que nous voulons y réfléchir ensemble. Pour structurer une agglomération francilienne plus performante plus dynamique, mais aussi plus équilibrée.
REPONDRE COLLECTIVEMENT AUX DEFIS
Forts de la légitimité de nos mandats, nous nous sommes donné pour objectif d’apporter des réponses opérationnelles aux défis présents, autour de quatre thématiques que nous avons jugées prioritaires : le logement, les déplacements, le développement et les solidarités ainsi que l’aménagement du territoire métropolitain. Quatre groupes de travail se sont mis en place, auxquels prennent part tous les membres de Paris Métropole, pour réfléchir, mobiliser, et surtout proposer.
Afin d’atteindre ces objectifs, nous avons choisi d’adopter une méthode de travail fondée sur la participation la plus large possible, le dialogue et l’intelligence collective. Les maires, les présidents d’intercommunalités, les départements et la région, membres de Paris Métropole, disposent chacun d’une voix, quelque que soit le poids démographique ou économique. Un comité de partenaires économiques, syndicaux, associatifs travaille également à nos côtés. Nous voulons ainsi inventer de nouveaux modes d’intervention et d’organisation entre nous, innover, développer de nouvelles manières d’entreprendre ensemble.
Paris Métropole est d’ores et déjà le reflet de la diversité géographique et politique de nos collectivités, mais nous souhaitons que ce mouvement d’élargissement se poursuive, y compris au-delà du périmètre initialement prévu. Lors de l’installation du syndicat, nous avons rappelé dans les textes statutaires les principes fondamentaux d’égalité des collectivités adhérentes, de respect de la pluralité et de l’alternance politique. Les statuts ont été modifiés pour répondre aux demandes formulées par des élus de la majorité présidentielle. Le texte prévoit ainsi que, dès leur adhésion, les conseils généraux des Hauts-de-Seine et des Yvelines seront membres de droit du bureau de Paris Métropole. Il est bien évident que les instances exécutives de Paris Métropole seront redéfinies avec l’arrivée de nouveaux membres. Nous ne ferons ainsi que rendre possible ce que le président de la République déclarait le 29 avril : « Le Grand Paris, nous devons l’écrire tous ensemble avec le gouvernement, avec tous les élus de l’Ile-de-France et tous les Franciliens ».
Ce mode de fonctionnement, à l’image de ce que nous souhaitons réaliser, se situe hors des enjeux de pouvoir, et dans l’esprit de respect et de réunion souhaité par tous. Paris Métropole est un lieu de rassemblement d’élus territoriaux qui veulent agir pour leur territoire. En aucun cas, ce ne doit être une tribune politique susceptible d’être instrumentalisée dans le cadre de campagnes électorales.
Aussi nous appelons chaque collectivité du territoire métropolitain à adhérer à Paris Métropole. Enrichis de nos différences, nous formons le voeu que d’autres collègues viennent, eux aussi, porter avec nous les atouts et les besoins de leur collectivité, la parole de leurs habitants, leurs idées et leur contribution pour imaginer et faire avancer ensemble la métropole de demain.
Pour Paris Métropole,
Jean-Yves Le Bouillonnec, président,
Patrick Braouezec, Bertrand Delanoë, Jean-Paul Huchon, Philippe Laurent, Jacques J.P Martin, vice-présidents

30 juin 2009

Merci M. Delanoë!

Filed under: Logement - Ville,Saint-Mandé,Services publics — PS-Saint-mande @ 22:37

La mise en service des stations vélib’ à Saint-Mandé mérite que nous tirions ici un grand coup de chapeau au maire de Paris et à sa majorité municipale, qui ont su faire de ce pari risqué, lancé en 2007, un succès de première importance. L’engouement populaire pour ce nouveau moyen de transport a été massif et immédiat, au point de bien vite balayer le scepticisme de certaines municipalités de la petite couronne lorsqu’est venu le moment de son extension au-delà du périphérique. En venant fluidifier les déplacements de proximité, les cinq bornes installées à Saint-Mandé devraient pour leur part contribuer efficacement au désenclavement d’un territoire par ailleurs assez mal desservi. Cette réalisation démontre au passage qu’il est plus que jamais nécessaire de raisonner à l’échelle de l’agglomération, en dépassant les limites souvent peu pertinentes de tel ou tel petit fief communal. Merci donc au volontarisme politique de la gauche parisienne, sans laquelle jamais les Saint-Mandéens n’auraient eu accès à un système performant de vélos en libre service!

19 juin 2009

PLU de Saint-Mandé

Filed under: Logement - Ville,Saint-Mandé — PS-Saint-mande @ 16:29

Trois réunions de concertation ayant trait au plan local d’urbanisme (PLU) de Saint-Mandé sont organisées à 19h30:

-mardi 23 juin au centre Pierre Cochereau (2 av. Gambetta)

-jeudi 25 juin à l’école Emilie Germaine Tillion (20 bd de la Guyane)

-mardi 30 juin au centre Jean Bertaud (19 av. Joffre)

17 juin 2009

L’enjeu intercommunal

Filed under: Logement - Ville,Saint-Mandé,Val-de-Marne — PS-Saint-mande @ 22:52

Signalons ici un intéressant article de nos camarades de Fontenay-sous-Bois consacré, dans le dernier numéro de leur journal de section (mai 2009), à la question de la coopération intercommunale (page 2). Il s’agit en effet d’un enjeu majeur pour les trois communes de notre circonscription, mais qui semble se heurter, en raison des transferts de compétence qu’il suppose, à la frilosité du député UMP local, très attaché à son pré carré saint-mandéen. Sur ce même sujet, voir le récent billet de D. Dornbusch.

2 novembre 2008

Logement : la droite persiste dans l’erreur !

Filed under: Logement - Ville — PS-Saint-mande @ 10:40

Les chiffres que la Fondation Abbé Pierre a communiqués hier sont alarmants. En effet, le nombre de ménages qui ont des impayés de loyer de plus de 2 mois a augmenté sur 4 ans de plus de 96% dans le parc privé et de plus de 58% dans le parc public.

Ces chiffres soulignent  que la politique menée depuis 6 ans en matière de logement  est inefficace. Ils montrent que la situation économique et sociale de nos concitoyens continue à se dégrader.

Or, le budget logement 2009 que le gouvernement soumettra aux députés jeudi prochain est à nouveau en net recul : baisse des crédits en faveur du logement social tant pour la construction que pour l’entretien, insuffisance des crédits alloués aux aides à la personne qui permettent pourtant à plus de 6 millions de ménages de se loger, suppression des crédits d’État pour la lutte contre l’habitat indigne …. En revanche, les cadeaux fiscaux sans contrepartie sociale, comme le dispositif « de Robien », occupent une place toujours plus grande dans le budget de l’État alors qu’ils contribuent à la hausse des prix.

Face à cette crise du logement et du pouvoir d’achat qui perdure, force est de constater que le gouvernement fait le contraire de ce qu’il faut faire ! Les conséquences pour les plus modestes et les classes moyennes sont intolérables.

Communiqué du Secrétariat national au Logement

————————————————————-

18 octobre 2008

Si ça ce n’était pas une bourde !

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité,Logement - Ville — PS-Saint-mande @ 9:02

Pour relancer l’économie, Nicolas Sarkozy avait lors de la campagne électorale des idées. Comment faire pour que les français consomment ? Dans sa culture, la culture de la droite, il n’est pas question de partager les richesses : pas question d’augmenter les revenus des salariés (même si les dirigeants s’arrosent copieusement…). D’ailleurs, il préférera aider (en avaient-ils besoin) encore les plus riches, le « paquet fiscal ». On connait le résultat.

Mais là je vais rappeler une de ses idées fortes reprises dans son « Abécédaire des propositions de Nicolas Sarkozy« :

« Il faut mettre en œuvre rapidement la réforme du crédit hypothécaire. Ce n’est quand même pas excessivement audacieux de proposer que les crédits immobiliers soient tout simplement et uniquement garantis sur la valeur des biens achetés ; ni excessivement anormal de demander aux banques d’accorder sur la même hypothèque un nouveau crédit, lorsque le précédent emprunt a été partiellement remboursé. Il faut inciter les banques à prêter à tous et pas seulement aux plus aisés. »

Il insiste même :

« Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement. Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. »

Ah j’oubliais, pour ceux qui comme moi ne sont pas des spécialistes économiques :  notre président (si compétent) parlait donc de mettre en place, en France, les « subprimes »

Si vous en doutez :

http://www.lepost.fr/article/2008/10/17/1290385_quand-nicolas-sarkozy-vantait-les-subprimes.html#xtor=ADC-218

Ouf ! Il n’a pas eu le temps…

Mais il a encore le temps de mettre en place d’autres mauvaises idées …Soyons vigilants !

Martial

———————————–

28 juillet 2008

Grave remise en cause à l’accès du plus grand nombre aux logements sociaux par Madame Boutin

Filed under: Logement - Ville — PS-Saint-mande @ 21:46

La ministre du Logement qui présente aujourd’hui son projet de loi de « mobilisation pour le logement » a manifestement été sourde aux revendications de la gauche et des associations qui la mettaient en garde contre un projet ne faisant qu’aggraver l’actuelle crise du logement.
Ce projet, loin de marquer une « rupture », s’inscrit dans la continuité des politiques menées par la droite en matière de logement depuis 2002.

Le Parti socialiste demande la révision en profondeur du projet de loi de Madame Boutin qui tend à remettre gravement en cause l’accès du plus grand nombre aux logements sociaux ainsi que l’esprit de l’article 55 de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU). En effet, en incluant des logements en accession sociale à la propriété dans le quota de 20%, le gouvernement réduit de fait le nombre de logements locatifs destinés aux plus modestes. La droite nous promet ainsi non pas une France des propriétaires mais une France d’endettés et de précaires dans la mesure où les plus modestes ne seront pas plus en mesure d’accéder à la propriété faute de moyens et de baisse des prix du marché.

Par ailleurs la baisse du plafond des ressources pour l’accès au logement social accentuera la ghettoïsation du parc HLM qui a pourtant un besoin urgent de mixité sociale. Le risque est grand, avec de telles mesures, de créer un parc social composé uniquement de populations très démunies, cumulant tous les handicaps économiques et sociaux et d’aggraver ainsi encore la crise urbaine. On peut sur ce sujet s’interroger sur l’avis de Madame la secrétaire d’État en charge de la ville à l’égard de cette disposition qui remet en cause la mixité sociale.

Enfin les socialistes s’inquiètent des mesures qui réduiront les durées de suspensions d’expulsion et accélèreront les expulsions effectives.

Pour les socialistes, l’heure n’est pas aux mesures coercitives contre les bailleurs sociaux mais bien à l’application résolue de la loi SRU envers les communes qui se dérobent encore à leurs obligations, et la production d’une offre locative sociale abondante et abordable, y compris pour les plus démunis, dans un contexte de mixité sociale et urbaine. Or nous constatons que les réponses budgétaires nécessaires à ces dispositions sont une fois de plus absentes.
Communiqué du Parti socialiste

————————————————-

11 juillet 2008

En vrac… pendant cette période de vacances…

La droite s’acharne sur l’article 55 de la loi SRU

Christine Boutin, ministre du logement et de la ville, a annoncé ce matin le projet de loi de « mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion ».

Nous craignons que ce ne soit qu’une loi de plus s’ajoutant aux nombreuses autres sur le logement que la droite a fait voter depuis 2002 et qui sont injustes et inefficaces comme chacun peut le constater

Lire la suite de cet article »

Changement de statut de la poste : premier pas vers la privatisation

Le Conseil d’administration de La Poste vient de confirmer la perspective d’une modification de son statut et de sa transformation en société anonyme. Ce projet, mené sans aucune concertation ni avec les élus, ni avec les organisations syndicales, constituerait une première étape vers la privatisation de la Poste en France.

Lire la suite de cet article »

Le PS s’inquiète des conclusions du G8 relatives à la lutte contre lesz changements climatiques

Parti socialiste s’inquiète des conclusions du G8 relatives à la lutte contre les changements climatiques, et regrette que Nicolas SARKOZY n’ait pas fait preuve de plus de fermeté sur un tel sujet. Lire la suite de cet article »

Suppression de 13 500 postes dans l’éducation nationale sur le budget 2009

Le ministre Darcos vient d’annoncer la suppression de 13 500 postes dans l’Education nationale sur le budget 2009. Lire la suite de cet article »

La droite responsable de la fuite des chercheurs

Le rapport du président de l’Académie des Sciences concernant l’attractivité des carrières de la recherche est sans appel. Pour lui, l’attractivité de la recherche en France a gravement diminué ces dernières années. Cela vaut pour les grands organismes publics de recherche comme pour les enseignants chercheurs des universités. En outre, toutes les disciplines scientifiques sont touchées qu’il s’agisse des sciences humaines comme des disciplines telles que les mathématiques ou la physique. Lire la suite de cet article »

La Syrie …

À la veille de la venue en France du président El Assad, les autorités syriennes viennent de réprimer de façon particulièrement sanglante les détenus politiques d’une prison située au nord de Damas. Ces événements, et le harcèlement constant de l’opposition démocratique, dont de nombreux dirigeants sont actuellement en prison, démontrent de la brutalité continue d’un régime, qui a très vite démenti les espoirs, qui avaient pu être placés dans un éphémère “printemps de Damas”. Lire la suite de cet article »

17 juin 2008

Le « non » irlandais, la télé publique, le plan banlieue…

Le non irlandais au traité de Lisbonne

On attend moins de la part de la France de petits arrangements qu’une véritable correction des politiques européennes. Vouloir demain donner un signe aux Irlandais leur permettant éventuellement de voter oui, c’est forcément donner aussi un signe à tous les Européens. Il faut non pas se soucier de savoir ce qui pourrait faire changer d’avis les Irlandais, mais être plutôt capables de donner des signes à tous les Européens susceptibles d’être entendus par les Irlandais. Il faut livrer aux Européens des éléments qui leur parlent et qui les tirent dans le sens du progrès social. La question de l’emploi, du pouvoir d’achat et de l’Environnement doivent devenir les nouveaux piliers de la construction européenne. C’est ce qui s’appelle être à la hauteur du non irlandais et faire en sorte que ce non puisse apporter des éléments nouveaux non seulement aux Irlandais mais à tous les Européens.

C’est en substance le message que François HOLLANDE portera jeudi lors de la réunion des leaders européens.

L’audiovisuel public

Les objectifs de la Commission COPÉ apparaissent de la façon la plus claire qui soit. Fragiliser, puis ensuite permettre le démantèlement du service public de l’audiovisuel, conforter et apporter de nouvelles ressources aux chaînes privées et en particulier au groupe TF1.

Nous constatons surtout qu’aucune des réflexions qui ont lieu ne permettent d’assurer la pérennité des missions et des ressources du service public et de garantir l’évolution de ses ressources.

Nous demandons aujourd’hui le maintien de la publicité dans l’audiovisuel public et ajouter à cela toutes les propositions de la commission COPÉ qui peuvent garantir les ressources de l’audiovisuel public.

Nous faisons confiance aux dirigeants, aux salariés ainsi qu’aux producteurs et aux créateurs de l’audiovisuel, pour envisager eux-mêmes les contours de l’évolution du service public et de son fonctionnement.

Le plan banlieue

Annoncé comme une priorité par le gouvernement, on voit que ce plan devient désormais une urgence. Plus d’une année dans le flou le plus total. Des réunions ont eu lieu les unes après les autres, des élus confrontés à des financements non confirmés, non garantis avec des doutes sur ce qui leur était promis dans les actions qu’ils mènent dans les quartiers, des incertitudes sur les grandes opérations de rénovation urbaine et des incertitudes mêmes sur la crédibilité de l’outil qui permettrait cette rénovation, l’ANRU.

Nous ne comprenons pas que les annonces qui semblent préparées par le gouvernement soient à nouveau différées. Mais nous comprenons le malaise de Fadela AMARA qui voit les difficultés concrètes dans les quartiers par la politique menée depuis un an par le gouvernement auquel elle appartient. La précarité touche encore davantage ceux qui habitent ces quartiers, ainsi que la baisse du pouvoir d’achat, celle des franchises médicales la hausse des prix de l’énergie, tout cela vient s’ajouter aux difficultés qu’ils rencontrent. Les résultats sont terribles dans ces quartiers où s’applique la politique du gouvernement avec une secrétaire d’État qui peine à présenter son plan et qui ne parviendra pas à enrayer les effets de la politique de ce gouvernement.

Il y a urgence pour les élus à retrouver des repères, à retrouver des financements, à retrouver des voies qui leur permettent de bâtir des projets. Nous souhaitons qu’il puisse y avoir le plus vite possible un affichage des intentions du gouvernement en la matière, et que ce plan ne soit pas soumis aux aléas de l’agenda de ministre dont ce n’est visiblement pas la priorité.

Extraits du point presse de Bruno Le ROUX

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons