Le blog du PS de Saint-Mandé

27 juin 2008

Une série de chiffres très angoissants…

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité,Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 12:35

La dette publique de la France (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) a augmenté de 41,1 milliards d’euros au premier trimestre par rapport au trimestre précédent, en hausse de 1,4 % et s’établissait à 1250,6 milliards d’euros au 31 mars, a annoncé l’Insee.

Une révision importante au moment où l’Insee vient d’annoncer qu’elle prévoyait une croissance française de seulement 1,6% sur l’ensemble de l’année 2008 alors que le gouvernement table sur une progression comprise entre 1,7 et 2,0%.

En raison de la flambée de l’énergie et de l’alimentation, l’Insee s’attend notamment à une inflation forte et soutenue dans les mois qui viennent (3,2% en moyenne sur l’ensemble de 2008). Une inflation qui devrait plomber le pouvoir d’achat et la consommation des ménages, principal moteur de la croissance française.

Notre gouvernement trouve des excuses dans la conjoncture internationale… M’ouais, certes le pétrole en constante augmentation ne peut être attribué à M. Fillon et M. Sarkosy

En revanche pour s’en sortir ce gouvernement demande toujours aux mêmes de faire des efforts, de souffrir de cette situation : pas d’augmentation de pouvoir d’achat (sauf pour ceux qui peuvent faire des heures sup), des remboursements médicaux toujours en baisse, etc etc. La classe dite moyenne et les plus démunis doivent supporter la crise mais surtout pas cette nouvelle aristocratie, issue de l’argent ; à ceux là aucun effort demandé voire même des cadeaux (paquet fiscal, etc.…).

J’espère bien que la gauche revienne vite au pouvoir, en tout cas avant que les prochaines gouttes fassent déborder le vase : pour être plus clair avant que les nouvelles attaques sociales ne transforment la perte de moral, la grogne, la colère en une véritable révolte… j’ai encore peur du mot révolution !

Martial

La politique conduite pour la fonction publique est un leurre…

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité,Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 11:02

Le gouvernement vient de décider unilatéralement d’augmenter le point d’indice de la fonction publique de 0,8% en 2009. Cela se traduira par une baisse substantielle du pouvoir d’achat compte tenu de la forte inflation (+3,1% en 2007). Les 0,5% de hausse annoncés pour les années 2010 et 2011 sont encore plus inquiétants à cet égard.

Outre la faiblesse de cette augmentation, le Parti socialiste dénonce avec force la méthode employée qui n’a donné lieu à aucune concertation. Il s’inquiète du mépris croissant dont fait preuve le gouvernement pour le dialogue social.

La méthode consistant à faire croire que la faible revalorisation du point d’indice est destinée à faire une plus grande place à la rémunération au mérite est inacceptable et peu respectueuse des agents de l’État.

La politique conduite pour la fonction publique est un leurre et aura pour principale conséquence une baisse de rémunération pour une écrasante majorité de fonctionnaires.

Le Parti socialiste rejette en bloc cette orientation et demande au gouvernement de respecter les agents de l’État afin de renforcer le service public dont la France a besoin.

Communiqué de Christian Martin Secrétaire National aux Services publics

Rémunération au mérite… J’espère que les hauts dirigeants d’Air France ne vont pas avoir d’augmentation cette année : « Air France, la filiale française du groupe Air France-KLM, a conclu un accord transactionnel (plus de 300 millions de dollars) avec le département américain de la Justice (DOJ), mettant fin aux poursuites pour des pratiques anticoncurrentielles alléguées entre compagnies aériennes en matière de transport de fret aérien, de et vers les Etats-Unis, entre mai 2001 et février 2006. ». Pratiques anticoncurrentielles… n’est-ce pas une faute professionnelle ? Mais c’est vrai ces gens là ne sont pas fonctionnaires… Fatigant…

Martial

24 juin 2008

PUB sur le pouvoir d’achat…

Le gouvernement « aurait pu économiser plus de quatre millions d’euros », a estimé lundi François Hollande à propos de la campagne de communication sur le pouvoir d’achat.

« Quand on n’a plus rien à dire en politique, on fait de la pub », a ironisé le Premier secrétaire du Parti socialiste en marge d’une réunion des parlementaires PS au Grand Rex à Paris.

« On va nous faire croire tous les soirs à 20h que si on n’a pas de pouvoir d’achat, c’est de notre faute, on n’aurait pas bien compris les mesures du gouvernement. Tous les soirs, on va avoir le rappel des mesures qui ne marchent pas », a poursuivi M. Hollande.

« Le gouvernement devrait comprendre que ce n’est pas en faisant une campagne de pub qu’il se rendra efficace, c’est en changeant de politique », a souligné le Premier secrétaire du PS.

« Si le chef du gouvernement, le chef de l’Etat, le chef de la majorité veulent rendre un service aux Français, qu’ils redonnent quatre millions d’euros sous forme au moins de subventions aux plus modestes, ce sera toujours plus efficace en termes de pouvoir d’achat que ce qui vient d’être fait en termes d’image », a encore dit M. Hollande.

Pour François Miquet-Marty, directeur de l’institut de sondage Viavoice, l’impact de cette promotion reste limité si, parallèlement, «on ne perçoit pas les résultats concrets des mesures». Une telle stratégie peut même se révéler à hauts risques : «Le gouvernement peut affirmer qu’il agit beaucoup. Si les Français, qui ont le sentiment que leur situation se détériore, ne voient pas d’amélioration, ils concluront juste que son action est inopérante et sa communication contre-productive.»

« Si le chef du gouvernement, le chef de l’Etat, le chef de la majorité veulent rendre un service aux Français, qu’ils redonnent quatre millions d’euros sous forme au moins de subventions aux plus modestes, ce sera toujours plus efficace en termes de pouvoir d’achat que ce qui vient d’être fait en termes d’image », a encore dit M. Hollande.

La mesure qui plairait sûrement serait de retirer un peu de pouvoir d’achat à ceux qui gagnent annuellement plus de 3 siècles de SMIC et d’en donner un peu plus aux plus démunis dont certains n’ont même pas la valeur d’un SMIC par mois (petits retraités, Rmistes, smicard à temps partiel, etc…). Mais avec ce gouvernement il n’en est pas question, au contraire c’est aux plus riches qu’on fait des cadeaux (le paquet fiscal de 15 milliards) ; les pauvres n’ont qu’à faire des heures supplémentaires, bref bosser encore plus…

Martial

——————————————-

23 juin 2008

Les incidents du centre de rétention de Vincennes…

Comme la presse va rapporter largement la réaction ignoble de l’UMP Frédéric Lefebvre qui accuse ouvertement RESF d’être l’origine des incidents de week-end au CRA de Vincennes, je me permets de mettre ici le communiqué de RESF en réponse :

communiqué RESF (23.06.2008 – 13h20)

Dans un communiqué à l’AFP, le député Frédéric Lefbvre met en cause la présence de manifestants, dont des militants du RESF, devant le centre de rétention de Vincennes au moment où le feu prenait dans cette prison administrative pour étrangers. Il condamne l’action de collectifs comme RESF qui se livrent à « des provocations (…) au risque de mettre en danger des étrangers retenus ». Et voilà Monsieur Lefbvre, héritier du siège de député des Hauts-de-Seine de M. Sarkozy, institué meilleur défenseur des étrangers retenus !

Le discours serait d’un comique vulgaire s’il ne visait à masquer une réalité dramatique : le sort réservé aux sans papiers par la politique du gouvernement que soutient M. Lefbvre qui les condamne à la terreur tant qu’ils sont libres, au désespoir complet quand ils sont internés et en attente de leur bannissement.

Un exemple pour parler clair : avant-hier, samedi a été expulsé vers la Côte d’Ivoire le père d’un enfant français âgé de 11 ans, déjà orphelin de sa mère. On en reparlera. Mais quand les centres de rétention sont pleins d’hommes et de femmes qui vivent de tels drames, certains moins lourds, d’autres pires encore, comment ne pas comprendre leurs gestes de désespoir, le plus souvent d’ailleurs retournés contre eux-mêmes, auto-mutilations  ou tentatives de suicide. Ces désespérés n’ont assurément pas besoin de la présence de quelques militants pour être poussés à bout.

Au-delà de sa sottise, la réaction du parlementaire par héritage manifeste un regret : celui que les persécutions infligées aux sans papiers ne restent pas confinées dans le secret des commissariats, des préfectures et des centres de rétention. L’action de militants du RESF qui sont en réalité des enseignants, des parents d’élèves, de simples citoyens qui ne veulent pas laisser faire n’importe quoi, est effectivement un obstacle à la politique de brute voulue par M. Lefbvre et consorts. Il est inquiétant qu’un député se fasse le partisan de l’opacité sur les conditions des étrangers dont il se prétend le défenseur.

Ajoutons, pour en terminer, que son appel aux poursuites judiciaire contre le RESF reflète une volonté répressive. La police recherche, paraît-il, les « coupables » d’incendie volontaire. L’UMP qui n’hésite pas à ratisser large en matière de poursuites judiciaires quand il ne s’agit pas de ses membres, voudrait y inclure le réseau. C’est le coup classique du pyromane qui crie au feu et dénonce des innocents. Les responsables de l’incendie de Vincennes sont ceux que sert M. Lefbvre avec tant de reconnaissance : MM. Hortefeux et Sarkozy. Se défausser de ses responsabilités sur autrui ne sert à rien. A moins qu’il ne veuille refaire, à la nano échelle d’un Lefbvre, le coup de l’incendie du Reichstag ?

J’en profite pour rappeler que les « retenus » (terme qui ressemble terriblement à « détenu ») sont des étrangers « sans papier », ils ne sont pas en règle. Ils n’ont commis aucun crime, pour la très très grande majorité d’entre eux leur casier judiciaire est vierge. La plupart ont un travail, certains sont lycéens (on les choppe quand ils ont 18 ans, d’ailleurs avec la « directive européenne de la honte » ce ne sera plus nécessaire d’attendre…). Ils ne demandent pas la nationalité française ils demandent à être régularisé. Ces personnes, très souvent travaillent dans le calme et ne se font pas remarquer dans leur quotidien car leur objectif est de subvenir aux besoins vitaux de leur famille, leur clan, de leur pays d’origine. Ce ne sont pas les délinquants qu’on cite souvent, français de 1ère ou 2ème génération (bien élevés chez nous à qui on a appris à cultiver la différence… de faciès… et c’est une autre histoire où nous ne sommes pas clairs.). Ce sont des pères, frères, enfants qui viennent chez nous pour gagner un peu d’argent et le renvoyer là-bas. J’ose, c’est de l’aide humanitaire que nous peuples développés, nantis, sommes incapables de faire, en revanche on a su exploiter leurs pays, encore maintenant d’ailleurs… J’arrête là il y aurait encore des pages à écrire…

Martial

20 juin 2008

Directive “retour”: les sénateurs PS dénoncent un texte “inique”

Filed under: Libertés publiques - Justice - Egalité,Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 8:08

Les sénateurs socialistes ont qualifié jeudi de texte “inique” la directive “retour” sur les sans-papiers adoptée par le Parlement européen, et ont exprimé leur crainte que le gouvernement n’en profite pour “durcir davantage” le droit français.

“Le 18 juin 2008 est un jour à marquer d’une pierre noire pour l’Union européenne”, a souligné le groupe PS au Sénat dans un communiqué. La majorité des députés européens “a donné son blanc-seing à l’institutionnalisation à l’échelle communautaire de l’enfermement des sans-papiers et de la pénalisation du séjour irrégulier”, a-t-il déclaré.

Les sénateurs PS ont affirmé craindre “que le gouvernement saisisse l’occasion de la transposition de la directive pour durcir encore davantage notre droit”.

Ils ont assuré qu’ils continueraient “de s’opposer à la dérive répressive de l’harmonisation européenne du droit des étrangers et demanderont avant toutes choses l’abrogation de cette directive”.

Voir aussi les propos de Harlem Désir repris sur le blog de Sandra Provini : http://sandraprovini2008.blogspot.com/

dont je joins un court extrait : « La majorité conservatrice {du parlement européen} vient de lui faire renoncer à ce rôle concernant les étrangers en adoptant la directive la plus liberticide de l’histoire de l’Union européenne qui autorise une rétention de 18 mois pour des étrangers qui n’ont commis aucun crime, du seul fait d’une situation irrégulière au regard du séjour. Cette directive autorise également les expulsions de mineurs non accompagnés et privera d’accès au territoire européen pendant cinq ans les étrangers expulsés. »

La perte de notre humanisme avec nos sociétés modernes où l’égoïsme, l’individualisme dominent sur la solidarité, la générosité, le partage me rappelle ce que disait Jean-Jacques Rousseau : « … L’homme est bon naturellement et c’est par ces institutions seules que les hommes deviennent méchants… » il dit aussi « … Tous ces vices n’appartiennent pas tant à l’homme, qu’à l’homme mal gouverné… ».

Martial

12 juin 2008

Le mépris du dialogue social : les syndicats trahis

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité,Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 14:33

A Paris, le gouvernement a d’abord incité les syndicats à négocier. Alors la CGT, la CFDT, le Medef et la CGPME ont accepté, à titre expérimental, d’assouplir les règles relatives aux contingents d’heures supplémentaires. On leur a promis de reprendre leurs propositions dans la loi. En récompense : une trahison ! Dans le projet dévoilé en fin de semaine dernière par le gouvernement, on découvre la possibilité, contestée par les syndicats, de déroger aux 35 heures.

François Chérèque s’estime « trompé par le ministre du Travail », tandis que Bernard Thibault s’offusque de la méthode et du contenu du projet de loi relatif au temps de travail, qui « modifie autoritairement les 60 articles du code du travail ». « C’est gravissime », juge-t-il à raison.

Pour ajouter l’insulte à l’injure, à Bruxelles, le gouvernement français a lâché nos voisins espagnols, belges, grecs ou hongrois qui ont vivement critiqué, d’une seule voix, l’autorisation de pousser la durée maximale du travail à 60, voire 65 heures, dans l’Union européenne.

Voilà le résultat d’une politique gouvernementale qui méprise le dialogue social. Non seulement c’est gravissime pour les garanties collectives, mais c’est aussi une forme de sabotage de toute tentative future de réforme. Aucune réforme n’est juste et efficace si elle ne respecte pas le dialogue social et si elle le décrédibilise comme l’a fait le gouvernement.

Si la loi n’est pas fidèle à l’accord et étend de nouvelles dérogations aux 35 heures, quel crédit les syndicats pourront-ils apporter encore à une négociation ?

Intervention de Ségolène Royal

Propos de Martial :

Avec 41 années de travail, des retraites au-delà de 60 ans et des semaines de travail à 60 heures, il est évident que le problème des règlements de retraite va être résolu ; l’espérance de vie diminuera… Déjà que les ouvriers sont ceux qui ont l’espérance de vie la plus courte…

Pendant combien temps supportera-t-on encore ces attaques sociales ? Ces injustices ?

9 juin 2008

Point presse du PS

Crise pétrolière

Nous sommes face à une mutation énergétique majeure. Les prix du baril de pétrole sont à des niveaux élevés et y resteront sans doute pour longtemps. Il nous faut traiter cette mutation car elle est source de difficultés pour des catégories professionnelles (pêcheurs, transporteurs routiers, agriculteurs,…) mais aussi pour les salariés qui n’ont pas le choix que d’aller au travail en voiture avec du carburant cher, ce qui grève le pouvoir d’achat.

Le Parti socialiste avait déjà fait, il y a six mois, des propositions que je réitère aujourd’hui, au moment où le gouvernement reçoit le PDG de Total, mais ne semble pas en tirer de conclusions. Il faut taxer les profits pétroliers pour financer des mesures d’adoucissement de la charge énergétique :

  • Instaurer un chèque transport, négocier avec les entreprises, pour partager les coûts de transport supportés par les salariés. Le ministre Woerth a dit lui-même que ce serait une solution, mais rien n’est mis en œuvre par le gouvernement !
  • Relancer la baisse de la TIPP flottante, car c’est un élément pour limiter l’amputation du pouvoir d’achat.
  • A ce sujet, je réitère aussi nos propositions concernant les mesures nécessaires concernant le pouvoir d’achat des Français, au moment où les prix s’envolent :
  • Baisser la TVA sur les produits de première nécessité, afin d’avoir un impact direct pour limiter la hausse des prix.
  • Mettre en œuvre rapidement les promesses aux retraités, notamment en augmentant les petites retraites de 5%.

Le temps de travail

Le gouvernement montre un grand mépris des syndicats. On est aujourd’hui engagé dans la remise en cause des 35 heures. Dire que l’on peut renégocier des accords au niveau des entreprises, plutôt qu’au niveau des branches, c’est alors tout qui est remis en cause. On réduit à néant tout accord et notamment la possibilité de faire des heures supplémentaires, car il n’y aura plus de durée légale du temps de travail.

Quand il n’y a plus de politique salariale, des conditions de travail qui se dégrade, des pans entiers du code du travail qui sont démantelés, une précarité qui s’accroît, on assiste à une offensive forte contre les salariés, accompagnée par le gouvernement.

Le Parti socialiste s’oppose fortement à ces projets contre les 35 heures et soutient la grande manifestation du 17 juin.

Point de presse par Stéphane Le Foll

Propos de Martial :

Extraits d’une dépêche d’AFP :

Le prix Nobel d’Economie Joseph Stiglitz juge que « la crise des « subprime » n’est pas terminée » aux Etats-Unis et en Europe, et que cette crise est liée à la flambée des prix pétroliers et alimentaires.

Une situation « qui va continuer », poursuit l’économiste, ajoutant que du côté de l’emploi « il y a moins d’heures de travail sur le marché », un « signe clair que l’économie est malade ».

« Nous sommes au bord de la récession », mais en « 2008, le déficit américain atteindra « 500 milliards de dollars », et les Etats-Unis n’ont donc « plus les moyens de stimuler l’économie », fait-il valoir.

L’Europe va continuer à pâtir de la crise née aux Etats-Unis car « de nombreuses banques européennes ont acheté ces produits dérivés des « subprime » et en subissent le contrecoup », et parce que la faiblesse du dollar vis-à-vis de l’euro favorise les exportations américaines aux dépends des européennes.

Pour M. Stiglitz, la flambée pétrolière, les émeutes de la faim, la crise financière et les menaces de récession sont « liées ».

Fin de propos de Jacques Attali sur I-télé (de mémoire) :

« Vous savez tout le monde a accès à Internet, aux images TV, et quand les quelques millions d’humains se contentant de seulement 2 euros voire moins par jours pour vivre, prendront vraiment conscience que 1200 personnes ont des fortunes dépassant le 1milliard d’euros, il faut s’attendre à une progression importante des jacqueries.

Même en France, l’écart des gros revenus est vraiment aberrant surtout que les minimums ne permettent plus de vivre normalement, il y aura une révolution… »

Il n’a pas utilisé le conditionnel…

28 mai 2008

Mais où va la France?!

Filed under: Libertés publiques - Justice - Egalité,Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 21:19

C’est une histoire vraie… chez nous en France :

Daredjan Berava, agrégée de mathématiques ossète, est sortie de rétention, pour raisons médicales, aujourd’hui. Sa fille, lycéenne, est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire. Sa demande d’asile sera examinée le 3 juin.

Florence Ostier (RESF 75) : «Depuis cinq jours, Daredjan Berava était en grève de la faim au centre de rétention de la Cité à Paris. Vendredi 23 mai, elle a été mise de force, dans un avion pour Tbilissi. Scotchée, saucissonnée comme un paquet, elle a finalement été débarquée par le commandant de bord, grâce à l’intervention des passagers. Lundi, le Tribunal de Grande Instance de Paris examinait l’opportunité d’un prolongement de sa rétention.

Daredjan est ossète, son mari Bessik, géorgien. Une classique famille mixte de Géorgie. Elle, professeur agrégé de mathématiques, nommée proviseur de Lycée en 1994, lui, Bessik est œnologue. Ils ont deux enfants, Valerian et Nino. En 1995, avec la montée du nationalisme et la sécession de l’Ossétie du Sud, Bessik est pressé de divorcer. Il résiste envers et contre tout. Daredjan est démise en 2002 de son poste, les autorités de la petite ville de Gurdjianni ne voulant plus d’un proviseur Ossète. Ils se réfugient à Tbilissi, où elle retrouve un poste de prof de maths mais est vite licenciée, les parents d’élèves refusant que leurs enfants soient enseignés par une Ossète. Sans travail, la famille fuit pour l’Autriche : première demande d’asile. Puis pour la France, à Lyon où les deux adolescents sont scolarisés au Collège George Sand : 6 mois de havre relatif.

Arrêtés, ils sont reconduits en Autriche et renvoyés en Géorgie. Tentative de retour à Gurdjianni pour découvrir leur maison brûlée. Retour à Tbilissi, mais aucune école ne veut scolariser les enfants d’une famille mixte en Géorgie, en conflit quasi armé avec ses républiques sécessionnistes. Refuite pour la France, cette fois pour Poitiers, où la famille arrive en mai 2005. Redemande d’asile, nouveau refus. Là, les mesures administratives de reconduite s’accumulent. Arrêtée, mise en rétention, la famille est disloquée. Bessik et Valerian (19 ans) sont expulsés vers la Géorgie en mars et avril 2008. Seule à Poitiers avec Nino maintenant en seconde au Lycée Alienor d’Aquitaine, Daredjan entreprend de valider ses six ans d’université. Une équivalence d’entrée en licence lui est accordée par l’université de Poitiers. Mais le 9 mai 2008, elle est pour la 3ème fois arrêtée et transférée en rétention à Paris.

Lundi, dans un français parfait, Daredjan a expliqué au tribunal la situation en Géorgie, son origine Ossète, les multiples irrégularités de procédures antérieures, les rétentions à répétition, et supplie le juge de prendre une décision lui permettant de se présenter le 3 juin devant la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA). A l’exposé de ces informations qui devraient valoir à Daredjan la protection de la France, le juge cherche à lui faire admettre qu’il ne peut rien faire d’autre que la maintenir en rétention. La Préfecture de la Vienne n’a transmis au tribunal aucun avis sur la compatibilité de son état de santé avec son maintien en rétention. Prête à un geste désespéré, Daredjan avait, aussi, lors de sa dernière expulsion par avion, dissimulé une lame de rasoir emballée de papier dans sa bouche. Le juge rédige une ordonnance de maintien en rétention tout en actant les discriminations subies en Ossétie, et l’attente d’un examen de sa demande d’asile le 3 juin, sans omettre de mentionner sa grève de la faim, et enfin, Daredjan est atteinte d’une grave maladie  évolutive nécessitant un suivi médical spécialisé! Le tribunal a enjoint la préfecture de faire examiner Daredjan par un médecin pour savoir si son état de santé était compatible ou non avec son maintien en rétention et un retour en Géorgie. Hier, aussitôt après la visite du médecin, la préfecture a ordonné sa remise en liberté. Daredjan a perdu dix kilos en quelques jours. Elle reste expulsable par la France. Comme sa fille lycéenne qui a reçu elle aussi, mardi, une obligation de quitter le territoire.»

Assez Monsieur Hortefeux ! rendez nous notre France, terre d’asile, jadis tant aimée !

Martial

23 mai 2008

De tristes dépêches de l’AFP

Vous trouverez, ci-dessous, quelques extraits d’une dépêche AFP…

« Producteur excédentaire de riz et obligé, en plus, d’en importer en vertu d’accords internationaux, le Japon est assis sur un abondant stock inutilisé dont il ne sait que faire. L’actuelle crise alimentaire mondiale constitue une excellente occasion de s’en délester. »

« Selon le ministère de l’Agriculture, le Japon a produit 8,71 millions de tonnes de riz en 2007, dont seule une quantité infime a été exportée.

A cela s’ajoutent les 770.000 tonnes que le pays, longtemps totalement fermé au riz étranger, est désormais obligé d’importer chaque année, essentiellement des Etats-Unis, de Thaïlande et du Vietnam, pour garantir un « accès minimal » à son marché en vertu des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). »

« Ces importations n’atterrissent en fait jamais sur les étals des supermarchés. « Le riz thaïlandais est inadapté à la cuisine japonaise. Quant au riz californien, il est similaire au riz japonais. Mais pour protéger les fermiers, le gouvernement leur a promis que le riz importé ne sera jamais utilisé pour la consommation directe », explique Nobuhiro Suzuki, professeur en sciences agronomiques à l’Université de Tokyo. »

« De ce fait, quelque 2,3 millions de tonnes de riz sont actuellement stockées par l’Etat dans une dizaine d’immenses hangars réfrigérés. Un million de tonnes proviennent des excédents nationaux. Le reste est constitué de riz importé.

Alors que de nombreux pays producteurs de riz redoutent actuellement une famine, Tokyo a exprimé son désir de revendre une partie de ses stocks, qui risquent autrement de finir jetés en pâture aux animaux.

« Le monde est confronté à une pénurie de riz mais il existe d’énormes surplus au Japon », constate le professeur Suzuki. « Le gouvernement ne sait que faire de ce riz importé, surtout du riz thaïlandais. Le réexpédier vers des pays tiers est donc une très bonne idée », estime-t-il.

Le Japon a annoncé son intention de vendre d’urgence 200.000 tonnes de riz aux Philippines, et 20.000 autres tonnes à cinq pays d’Afrique.

Quant aux Etats-Unis, ils envisagent d’autoriser le Japon à revendre à des pays tiers le riz qu’il leur achète. En vertu des règles de l’OMC, un pays ne peut en effet réexporter du riz que si l’exportateur initial donne son accord. »

Economie, économie, argent, argent… mais où est l’être humain dans tout ça !

Les humanistes ont été remplacés par les économistes.

Alors que la pérennité de l’être humain est en péril, nous n’avons pas encore compris que notre sauvegarde passe par la mondialisation de la solidarité humaine… un humanisme mondial.

Une autre dépêche de l’AFP qui me fait froid dans le dos :

« BRUXELLES (AFP) — Les pays européens ont approuvé jeudi des règles communes pour l’expulsion des quelque douze millions d’immigrés vivant dans l’illégalité sur leurs territoires, désormais considérés par l’Italie comme des criminels. »

Puis ensuite, on leur dira : surtout, quand vous serez chez vous, ne vous développez pas, n’essayez pas de vivre comme nous, de connaître la même croissance car il n’y a pas assez de pétrole pour tout le monde, car vous allez augmentez le taux de CO2 dans l’atmosphère, car vous allez aggraver la crise du changement du climat etc etc.

Si vous avez regardé ARTE mardi soir, vous avez vu que nous tendons le bâton pour nous faire battre. A force d’ignorer la misère des autres humains, de les repousser dans leur non-développement alors que nous, privilégiés « occidentaux » (d’ailleurs pas tous), nous vivons dans une opulence scandaleuse, nous nous cheminons tout doucement (peut-être pas si doucement que cela…) vers une révolte mondiale où les 2 ou 3 milliards d’humains en détresse vont vouloir partager le gâteau que nous dégustons tranquillement…

Battons nous pour changer nos mentalités, et si c’est trop tard pour nombre d’entre nous, essayons d’éduquer nos enfants et nos petits-enfants dans ce sens, c’est leur avenir, l’avenir de l’être humain qui est en jeu !

A suivre

Martial

2 mai 2008

Un peu de nostalgie…

Filed under: Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 15:20

Et beaucoup de regrets…

C’était il y a un an :

http://www.dailymotion.com/video/x1vrp7_segolene-royal-stade-charlety_news

Bon week-end

Martial

« Page précédentePage suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons