Le blog du PS de Saint-Mandé

23 février 2011

La loi SRU à mi-parcours

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité,Logement - Ville,Saint-Mandé — PS-Saint-mande @ 10:25

Retour en extraits sur un dossier proposé par Le Monde (14 décembre 2010, p. 12-13, I. Rey-Lefebvre) pour les dix ans de la loi SRU élaborée par Louis Besson, ministre du logement de Lionel Jospin, qui fixe à chaque commune l’exigence de disposer, d’ici à 2020, de 20 % de son parc de résidences principales en logements sociaux: chaque commune se voit assigner, tous les trois ans, un objectif de 15 % du nombre de logements sociaux manquants en l’an 2000.
« Dix ans après l’adoption de la loi, les oppositions se sont adoucies et même ses plus virulents adversaires reconnaissent la vertu pédagogique de cette loi et admettent le changement d’image des HLM, dans l’opinion comme auprès des élus. « La loi SRU a, malgré ses imperfections, été un outil, un levier pour imposer la mixité sociale dans nos communes », reconnaît Jean Leonetti, député UMP des Alpes-Maritimes et maire d’Antibes qui, à l’époque, a voté contre le texte. » Ce même député observe que « ce qui, au départ, était un épouvantail est devenu un levier d’apaisement », non sans préciser de manière significative: « Le logement social est aujourd’hui accepté voire même réclamé par la population qui veut y loger ses enfants. »
Le dossier rapporte par ailleurs, sous le titre « La bonne excuse du foncier indisponible », le constat d’Arnaud Bilek, de l’Institut d’économie publique de Marseille, auteur d’une étude statistique en Provence et en région parisienne: « Le prix du foncier n’explique pas l’absence de création de logements sociaux, parce que là où il coûte cher, les communes disposent aussi de plus de ressources. » En effet poursuit l’article, « même dans les communes les plus urbanisées, les maires n’utilisent pas toutes les opportunités foncières », ce qui explique les « stratégies de certaines villes pour échapper à la rigeur de la loi », comme par exemple la construction de logements sociaux à loyer intermédiaire, dits PLS, ou les démarches administratives destinées à obtenir des rabais sur les obligations chiffrées. Ainsi Saint-Mandé fait-elle partie des cinq villes de France (avec Neuilly, Saint-Maur, Bédarrides près d’Avignon et Vétraz-Monthoux près d’Annemasse) a avoir été déboutées par la Commission nationale de leurs demandes d’abaissement de l’objectif de logements sociaux pour la période 2008-2010.
Comme l’a rappelé récemment Marie-Noëlle Lienemann, le respect de la loi SRU par l’ensemble des communes de France représenterait 400 000 logements sociaux supplémentaires.

18 février 2011

Non à la fermeture de la chirurgie cardiaque au CHU Henri-Mondor de Créteil

Filed under: Santé - Famille,Services publics,Val-de-Marne — PS-Saint-mande @ 15:54

Cette fermeture serait dramatique en termes de santé publique et porterait un coup fatal à l’équilibre et aux projets de développement, non seulement du pôle cardiaque, mais de l’ensemble du pôle hospitalo‐universitaire dans ses activités de soins, de formation et de recherche. La chirurgie cardiaque à Mondor, c’est :
-L’unique service de chirurgie cardiaque de tout l’Est francilien.
-Un service de pointe à la renommée internationale, mais aussi un service de proximité qui assure les urgences 24 h sur 24 pour un bassin de population de 1 800 000 habitants, seul à même de garantir l’accès aux soins dans les temps requis quand le pronostic vital est engagé, comme en cas d’accidents cardiaques ou cardiovasculaires.
-Un service rentable et bénéficiaire (+ 3,6 millions) qui représente plus de 20 % des recettes du CHU et contribue à son équilibre financier.
Aussi, les socialistes du Val‐de‐Marne dénoncent :
-Le démantèlement d’un service d’excellence dont la disparition aura des conséquences graves sur la chaîne de soins toute entière.
-La fragilisation délibérée du CHU et la mise en péril de ses fonctions universitaires et de recherche.
-Une décision irresponsable en termes de santé publique pour l’ensemble des populations du Val-de-Marne et de Seine-et-Marne, incohérente au regard de l’idée et de la vision du Grand Paris, qui aggrave le déséquilibre de l’offre de soins entre Paris et la banlieue.
-Une méthode autoritaire, brutale et moralement inacceptable : campagnes de déstabilisation, absence totale d’évaluation et de concertation, refus du dialogue, décision prise dans la précipitation et la plus totale opacité, en amont de l’installation d’une conférence de territoire qui apparaît d’ores et déjà comme un simulacre de démocratie.
Contre une décision absurde, prise sans aucune concertation et contraire à toute logique médicale, économique et humaine, la communauté médicale et scientifique du CHU, soutenue par l’université et les élus du territoire, s’efforce depuis des mois de faire entendre la voix de la raison et de l’intérêt collectif.
LA MOBILISATION DOIT SE POURSUIVRE
La fédération du Parti socialiste du Val‐de‐Marne et la fédération des élus socialistes et républicains du Val‐de‐Marne appellent tous leurs militants à se mobiliser pour le nouveau rassemblement mardi 22 février à 10h devant Mondor, puis dépôt de la pétition en préfecture à 12h.

Communiqué de presse de la fédération PS du Val-de-Marne, le 17 février 2011

15 février 2011

Débat sur le nucléaire organisé par la section voisine du 12e

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité,Environnement - Agriculture — PS-Saint-mande @ 17:03

Le PS du 12e arrondissement invite le mercredi 2 mars à 20h à une réunion publique au local de la section (150 avenue Daumesnil, 75012 Paris), sur le thème : « Quelle place pour le nucléaire parmi les énergies en France? »

avec :
M. Bruno Comby, président de l’Association des écologistes pour le nucléaire
M. Yves Marignac de l’association négaWatt, consultant en énergie
Mme Laurence Rossignol, vice-présidente de la région Picardie, secrétaire nationale à l’environnement du Parti socialiste

Le débat sera animé par :
Mme Diane Szynkier, ingénieure X-Ponts conseillère en développement durable auprès d’élus et de think tanks

Censée diviser entre partenaires de gauche, l’énergie nucléaire est également passionnelle dans l’opinion publique. Les intervenants répondront à quelques unes des questions qui fondent le choix d’un mix énergétique : quelles énergies pour satisfaire les besoins de la population? comment assurer la gouvernance des risques et des pollutions? quels emplois et quelle croissance attendre des secteurs énergétiques? où investir l’argent des consommateurs et de l’Etat ?

Ce débat est proposé par la commission énergie-environnement de la section socialiste du 12ème arrondissement de Paris.

14 février 2011

psvincennes.fr

Filed under: PS Saint-Mandé,Val-de-Marne — PS-Saint-mande @ 21:03

La section voisine de Vincennes, animée par Claire Lemeunier, vient d’inaugurer son tout nouveau site et lance parallèlement une grande campagne d’adhésion. Bon courage à nos camarades !

9 février 2011

Mobilisation nationale de la justice et de la police

Filed under: Libertés publiques - Justice - Egalité — PS-Saint-mande @ 18:43

Le Parti socialiste soutient la mobilisation nationale de la justice et de la police.
L’horreur d’un drame comme celui de Pornic, le respect dû à la victime et à ses proches exigent de tous dignité et responsabilité. Pourtant, jeudi dernier, le président de la République n’a pas hésité à exploiter ce drame pour polémiquer et mettre directement en cause tous les acteurs de la chaîne pénale (forces de l’ordre, magistrats, personnel pénitentiaire) et annoncer des sanctions. Une nouvelle fois, Nicolas Sarkozy veut s’exonérer de la responsabilité qui est la sienne et celle des gouvernements, en responsabilité depuis neuf ans. Reproduisant toujours la même méthode, il stigmatise, dénonce et rejette la faute sur d’autres pour masquer l’échec de sa propre action.
Alors que tous les professionnels dénoncent depuis des mois le manque de moyens et d’effectifs de la justice, des SPIP et de la police, et leurs difficultés croissantes à assurer décemment leurs missions, ces propos ont légitimement soulevé la colère. Le drame de Pornic a mis en lumière l’état de notre justice qui n’a plus aujourd’hui les moyens de fonctionner correctement. Avec 100 000 peines en attente d’exécution, un manque croissant de magistrats et de greffiers, 3 000 conseillers d’insertion pour 170 000 personnes placées sous main de justice, le service public de la justice va de plus en plus mal. En matière de dépenses consacrées à la justice, la France se classe aujourd’hui au 37e rang européen sur 43, au détriment du bon fonctionnement et de la qualité de l’institution judiciaire.
Face à cette situation, c’est aujourd’hui l’ensemble du monde judiciaire qui se mobilise dans plus de 110 juridictions: magistrats, mais aussi avocats, policiers, greffiers, conseillers d’insertion, travailleurs sociaux, juges administratifs… Tous veulent aujourd’hui retrouver une justice de qualité, pour eux comme pour les justiciables. Ils appellent le président de la République et leur gouvernement à regarder en face la situation, à prendre leur responsabilité et à agir pour assurer le fonctionnement de la justice et garantir à chacun la sécurité dans le cadre républicain.
Ce jeudi 10 février, à l’appel des organisations professionnelles de toutes les professions concernées, l’ensemble des acteurs sont mobilisés pour défendre l’urgence d’une justice digne de notre pays. Le Parti socialiste exprime sa solidarité et son soutien à cette mobilisation et sera présent aux côtés des organisations dans les rassemblements organisés dans toute la France et à la manifestation nationale prévue à Nantes. Le Parti socialiste continuera à défendre, comme il l’a toujours fait, l’objectif une justice de qualité, une justice forte, indépendante, égale pour tous et présentera ses propositions à l’occasion du forum des idées consacré à la justice le 14 mars prochain.

Communiqué du bureau national

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons