Le blog du PS de Saint-Mandé

26 février 2009

Handicap : Brice Hortefeux est loin du compte

Filed under: Libertés publiques - Justice - Egalité — PS-Saint-mande @ 23:56

Les annonces du gouvernement et du ministre du Travail concernant les personnes handicapées ne peuvent faire illusion. Ainsi, l’augmentation de l’AAH de l’ordre d’un peu plus de 4 % au cours de l’année 2009 laissera 800 000 personnes handicapées sous le seuil de pauvreté.

Le Parti socialiste rappelle qu’un objectif décent devrait permettre d’atteindre progressivement et d’ici à la fin de la législature la parité entre l’AAH et le Smic. C’est une nécessité à la fois sociale et éthique. C’est un préalable incontournable pour un accès à une citoyenneté pleine et entière des personnes en situation de handicap.

La question de l’accessibilité ne saurait faire l’objet de seuls effets d’annonce. Rien de concret n’est prévu pour accompagner les collectivités territoriales dans leur volonté de respecter à 5 ans, des normes pourtant indispensables à la libre circulation des personnes handicapées.

Cette préoccupation aurait dû faire l’objet d’un investissement programmé dans le cadre d’un plan de relance face à la crise. Encore une occasion manquée.

Enfin la question de l’égalité devant l’emploi mériterait une démarche plus volontariste. Il est temps de faire respecter la loi aux donneurs d’ordre économiques frileux qu’ils soient publics ou privés. Il ne suffit pas de proclamer que l’accès des personnes handicapées à l’école et à l’emploi est une priorité : il faut s’en donner les moyens ! Que le gouvernement commence par donner l’exemple dans la fonction publique et surtout l’éducation nationale. Qu’il revienne donc sur la décision d’exonérer l’éducation nationale de l’obligation des 6 % d’embauche de personnes handicapées. Au lieu de cela, le gouvernement préfère ne pas remplacer le départ à la retraite d’un fonctionnaire sur deux et supprimer massivement des emplois publics : 30 000 en 2009.

Le Parti socialiste rappelle que la question du handicap nécessite bien plus que des effets d’annonce ou un traitement marginal. Elle doit être au coeur d’une politique sociale ambitieuse, ce que refuse l’UMP aujourd’hui

Communiqué de Charlotte BRUN
Secrétaire nationale aux personnes âgées, handicap et dépendances

19 février 2009

Les socialistes demandent le respect des outre-mers et l’engagement de l’État

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité — PS-Saint-mande @ 19:22

Dans les outre-mers, terriblement éprouvées par la crise sociale, le dialogue est dans l’impasse. La mort d’un homme plonge la Guadeloupe dans le deuil. Il est grand temps d’en finir avec le silence et l’indifférence. Depuis le début de cette crise, le Parti socialiste n’a pas cessé d’appeler le pouvoir à ne pas rester sourd à des revendications justes, portées dans les outre-mers par un mouvement social d’ampleur inégalée et soutenues par les élus locaux. L’abandon par le gouvernement de la table des négociations en Guadeloupe depuis plus de dix jours a provoqué de fortes tensions. Après avoir envoyé des missions sur place, Martine AUBRY a souhaité consulter et rassembler les parlementaires socialistes et apparentés élus des quatre DOM.

A la suite de ces consultations, Martine AUBRY s’adresse solennellement au président de la République, pour qu’enfin le gouvernement prenne conscience de la dégradation sans précédent des conditions de vie des populations, et prenne toute sa part à la recherche de solutions.

C’est désormais au chef de l’Etat de s’impliquer personnellement dans la reprise du dialogue. Il est de son devoir de se rendre au plus tôt dans les départements d’outre-mer pour écouter, mieux comprendre et agir.

Dés aujourd’hui, le Parti socialiste, après consultation des parlementaires des outre-mers :

  • soutient la nécessité de répondre aux attentes sociales et notamment d’augmentation salariales face à la hausse invraisemblable des prix des produits de première nécessité
  • juge indispensable la revalorisation immédiates des minima sociaux et des retraites
  • exige que le contrôle et la maîtrise des prix mettent fin aux super profits et aux rentes injustifiés de plusieurs secteurs économiques essentiels.

En accord avec les présidents des groupes parlementaires, Martine AUBRY appelle le gouvernement à une réécriture de fond en comble du projet de loi sur le développement économique de l’Outre-mer, pour y inscrire des réponses à la hauteur de la crise, et pour tenir compte des propositions des assemblées locales, des élus et des forces sociales.Communiqué du Parti Socialiste

  • soutient la nécessité de répondre aux attentes sociales et notamment d’augmentation salariales face à la hausse invraisemblable des prix des produits de première nécessité
  • juge indispensable la revalorisation immédiates des minima sociaux et des retraites
  • exige que le contrôle et la maîtrise des prix mettent fin aux super profits et aux rentes injustifiés de plusieurs secteurs économiques essentiels.

En accord avec les présidents des groupes parlementaires, Martine AUBRY appelle le gouvernement à une réécriture de fond en comble du projet de loi sur le développement économique de l’Outre-mer, pour y inscrire des réponses à la hauteur de la crise, et pour tenir compte des propositions des assemblées locales, des élus et des forces sociales.

18 février 2009

Les socialistes aux côtés des ultra-marins

Filed under: Economie - Emploi - Fiscalité — PS-Saint-mande @ 1:30

Depuis plus d’un mois, un mouvement social d’une rare ampleur touche la Guadeloupe. Un mouvement qui s’étend progressivement à toutes les Antilles et à la Réunion. Alors que le gouvernement piétine pour satisfaire les garanties légitimes des dom-tom en matière de pouvoir d’achat, deux délégations socialistes se sont rendues le week-end dernier aux Antilles et à la Réunion pour rencontrer toutes les forces vives de ces territoires. Ci-dessous, le compte-rendu de ce déplacement.

Intervention de Benoît HAMON, porte-parole

Je suis accompagné des élus qui ont participé à la mission PS qui s’est rendue dans les départements d’outre-mer, le week-end dernier.

La question des salaires et du pouvoir d’achat qui se pose de manière hypertrophiée aux Antilles, menace maintenant de s’étendre sur tout le territoire métropolitain. Le secrétariat national de ce matin a permis à travers ses échanges, de faire le point sur la situation. La Première secrétaire, Martine AUBRY recevra demain les élus socialistes des départements d’outre-mer avant leur rendez-vous avec le président de la République, pour établir une plateforme de revendications qui devrait être utile à l’Élysée, resté particulièrement inactif sur cette crise depuis le début. Nous ne pensons pas pour autant que la multiplication des revendications se traduise nécessairement par la multiplication des barrages. Il y a dans le pays un vrai problème de revendication de pouvoir d’achat et de salaires qui s’exprime. Il y a une mobilisation prévue le 19 mars. La redistribution des richesses et le financement défaillant des services publics font que les syndicats s’accordent tous pour remettre en cause la loi TEPA. Nous verrons comment le gouvernement répond à toutes ces préoccupations et s’il met tout en œuvre pour essayer de trouver un débouché positif à la crise.

Christian PAUL, président du laboratoire des idées

Nous sommes allés aux Antilles et à la Réunion pour témoigner sur la gravité de la crise sociale qui touche les départements d’outremer. La situation est d’autant plus tendue que la crise n’est pas apparue ces derniers jours. Cette crise doit beaucoup au désengagement de l’Etat et de ses missions de régulation. Le silence présidentiel et la valse hésitation sur la gestion de la crise n’ont rien arrangé. Nous dénonçons donc l’inertie de l’État et sa forte responsabilité sur l’enlisement de la crise qui atteint maintenant son paroxysme.
Nous adressons donc un message de solidarité à ces populations en difficulté car la demande sociale qui s’exprime est fondée. Les prix explosent et les domiens ne sont plus en mesure de faire face, étant donné leurs revenus insuffisants.

Nous avons interpelé le gouvernement pour que l’État sorte de son isolement et retourne à la table des négociations. Les associations, les partenaires sociaux et même le patronat sont prêts à y revenir. Il faut donc que l’État reprenne sa place. C’est pourquoi le Parti  socialiste invite le président de la République à sortir de son silence. L’État a déserté son rôle de négociateur d’où le sentiment d’abandon perceptible. La demande des 200 euros d’augmentation est juste au regard des situations exceptionnelles et spécifiques de l’outre-mer et des écarts de prix et de revenus moyens. L’élaboration de la plateforme de revendication permettra d’ajuster cette demande. Car la négociation doit reprendre là où elle s’est interrompue, sur la revendication de 200 euros sur les salaires plus faibles et sur une juste répartition de l’effort demandé à la fois par les entreprises qui exercent un monopole, et  par l’État. Yves JEGO avait commencé à engager la discussion en ce sens avant qu’elle ne soit prise en otage par la négociation prévue entre les partenaires sociaux et l’Élysée, le 18 février. La crise menace maintenant de s’étendre sur tout le territoire. La situation exceptionnelle d’outre-mer nécessite une négociation spécifique car la situation est complexe et encore plus préoccupante. Elle nécessite un effort exceptionnel de la part de l’État. Il ne faudrait pas que l’État cède à la tentation de diaboliser les mouvements sociaux qui s’expriment car cela ne correspond en rien à ce que nous avons vu sur place. Des dérapages sont possibles parce que l’État a laissé pourrir le conflit.

Intervention d’Arnaud MONTEBOURG, secrétaire national chargé de la rénovation

Il est toujours intéressant d’observer et utile d’être présent là où les conflits sont en gestation. A l’île de la Réunion, les problèmes de la vie chère sont décuplés par rapport à ce que nous connaissons en métropole et il y a une absence des pouvoirs publics. Il y a déjà une crise des carburants au mois de novembre qui n’a pas été soldée, et aujourd’hui les difficultés sont palpables. Un collectif contre la vie chère est en place et nous sentons la popularité de ses actions. Déjà des actions ont été menées dans les supermarchés pour alerter sur les difficultés rencontrées par les populations de l’île à vivre correctement. Nous appelons au dialogue et à l’ouverture sans tarder de négociations. Au gouvernement de les mener à bien. Si M. JEGO est venu avec 15 jours de retard avec les conséquences dramatiques que nous connaissons aux Antilles, il vaudrait mieux qu’il ait 15 jours d’avance à la Réunion pour éviter le même scénario. Les revendications posées sur la table pour le 5 mars sont des revendications légitimes. Le gouvernement a trop longtemps laisser pourrir la situation.

12 février 2009

Accès des étrangers aux emplois « fermés » : une victoire contre les discriminations et pour l’égalité des droits

Filed under: Libertés publiques - Justice - Egalité — PS-Saint-mande @ 22:07

Mercredi 11 février, le Sénat a adopté la proposition de loi déposée par la sénatrice Bariza Khiari et rapportée par le sénateur Charles Gautier mettant fin aux restrictions d’accès aux étrangers à certaines professions comme les médecins, les chirurgiens-dentistes, les architectes, …

Cette proposition de loi s’est appuyée notamment sur les travaux du groupe d’études interministériel sur les discriminations créé par Martine Aubry, alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité, en 1998.

Adopté à l’unanimité (moins 5 abstentions), ce texte à une triple vertu :
–    il fait reculer les discriminations à l’emploi,
–    il fait la démonstration que loin d’user d’artifices comme la discrimination positive, la République  peut avancer par l’égalité des droits,
–    il reste  un point d’appui pour ouvrir certains emplois de fonctionnaires titulaires aux étrangers non communautaires ainsi qu’une cinquantaine de professions du privé qui font encore l’objet de restrictions explicites liées à la nationalité.

Le Parti socialiste tient à saluer le vote du Sénat et appelle les députés à confirmer cette avancée.

Communiqué de Pouria Amirshahi
Secrétaire national aux Droits de l’Homme

10 février 2009

Crise dans les universités

Filed under: Education,Services publics — PS-Saint-mande @ 19:02

La crise s´installe durablement dans les universités. Le Parti socialiste avait pourtant prévenu le gouvernement que la réforme du statut des enseignants-chercheurs était en train de prendre une dimension très préoccupante dans un contexte injustifiable de suppression de postes.

La réforme de la formation des enseignants est également rejetée faute de concertation et de négociation préalables. De surcroît, la réforme des organismes publics de recherche vise au démantèlement du CNRS et au-delà à l’affaiblissement de la recherche fondamentale pluridisciplinaire.

Le Parti socialiste soutient la mobilisation des étudiants et des personnels de la recherche et des universités. Il donne rendez -vous à tous ceux qui sont attachés à une recherche et à un enseignement supérieur de qualité, lors des manifestations du mardi 10 février.

Il rappelle qu’il est favorable à un moratoire des réformes engagées, au gel des suppressions d’emplois et à une réorientation du budget 2009.

Il est plus que temps pour le gouvernement de changer de cap.

Le Parti socialiste soutient la demande formulée par les députés Marietta Karamanli et Jean-Yves Le Déaut de constitution d’une mission parlementaire qui, associée à une suspension des réformes et au rétablissement des emplois scientifiques supprimés, doit permettre de restaurer la sérénité dans les universités et organismes de recherche.

Communiqué du Secrétariat national

7 février 2009

Suicide et précarité : ne mettons pas tout sur le dos de la crise !

Filed under: Parole aux militants — PS-Saint-mande @ 1:16

La crise n’a pas attendu l’automne 2008 pour les plus démunis. Nos concitoyens les plus fragiles disent : « La crise, pour nous, c’est tous les jours ! ».

A l’occasion de la journée nationale de prévention du suicide, le 5 février,  un rapport est venu montrer la corrélation entre suicide et précarité. Des reportages TV nous ont expliqué que la crise, la perte d’un emploi, la spirale des dettes, font basculer dans la dépression certains de nos concitoyens jusqu’à parfois les conduire à commettre l’irréparable. C’est une réalité très dure.

N’oublions pas tout de même que dans le même temps,  d’autres parmi nous commettent l’irréparable pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la crise. Avons-nous déjà oublié les défenestrations de locataires expulsés ou celles de personnes sans papiers, au moment de l’arrivée des forces de l’ordre ?

Il serait faux de tout mettre sur le dos de la crise. Il y a aussi des politiques publiques du logement et de l’immigration qui poussent nos concitoyens au désespoir.

Evelyne

4 février 2009

Débat public jeudi 5 février sur la politique pénale

Filed under: Libertés publiques - Justice - Egalité — PS-Saint-mande @ 14:26

Libertés publiques en danger, indépendance de la justice menacée, la section du PS du 7e arrondissement de Paris organise un débat public sur le thème« La politique pénale bouleversée » en présence de :

Hélène FRANCO, juge des enfants (Syndicat de la Magistrature)

Me Isabelle DURUFLE, avocate

Renseignements pratiques :
Jeudi 5 février à 20h00
Musée social, 5 rue las Cases, 7e, M° Solférino

3 février 2009

Les universités : fer de lance de notre avenir

Filed under: Education,Services publics — PS-Saint-mande @ 23:09

Le président de la République et son gouvernement prennent le risque de faire passer en force des réformes dont l’impact sur nos universités et laboratoires est très négatif. Ils sont sourds aux nombreuses alertes répétées lancées par la communauté universitaire et scientifique ces dernières semaines.

Les enseignants-chercheurs, les personnels des universités et des organismes de recherche, sont en grève pour protester contre l’agitation du pouvoir : réforme du statut des enseignants-chercheurs, formation des enseignants, suppression d’emplois scientifiques, destruction du CNRS.

Ce qu’ils demandent est à la fois simple et légitime : il s’agit de suspendre les réformes en cours, de rétablir les emplois scientifiques supprimés et d’ouvrir une véritable concertation avec le gouvernement.

Le Parti socialiste apporte son plein soutien au mouvement en cours et redemande un moratoire des réformes engagées, ainsi que le gel des suppressions d´emploi dans la fonction publique. Il réclame, par ailleurs, une réorientation du budget 2009 favorisant les indispensables créations d’emplois.

Dans un tel contexte, on ne peut plus s’étonner de la crise de confiance que traverse le pays. Celui-ci ne croit plus en son avenir ; et pour cause puisqu’on a sapé depuis six ans les principaux piliers qui assurent le devenir de nos sociétés, au premier rang desquels se trouvent la  formation et la recherche.

Communiqué de Martine AUBRY, Première secrétaire
et de Bertrand MONTHUBERT, Secrétaire national à l’Enseignement supérieur et à la Recherche

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons